Les premiers habitants de la ville de Sainte Geneviève des Bois avaient comme habitat  des maisonnettes, des pieds à terre ou des cabanes en bois.

La forêt de Séquigny qui était située dans le centre de la ville fut vendue à des promoteurs qui l’ont divisé en lotissement. A partir de 1920, les lotisseurs ont vendu ces terrains à des ouvriers ou employés parisiens  qui souhaitaient s’installer dans cette commune rurale.

Les premiers lotissements sont construits par ces nouveaux propriétaires eux-mêmes parfois lorsqu’ils n’ont pas les moyens de faire appel à des entreprises de construction.

Lorsque la loi Loucheur est votée en 1928 à l’initiative de Louis Loucheur, ministre du Travail et de la Prévoyance sociale entre 1926 et 1930, les particuliers ont pu  emprunter à taux réduit afin d’acheter un terrain et d’y faire construire un pavillon ou une maison.  Grâce à ce crédit, les emprunteurs ont peu construire des pavillons.

Une population plus aisée s’est également installée  à Sainte Geneviève des Bois et a fait  construire de belles demeures en meulière sur deux niveaux

Après la seconde guerre mondiale, des logements sociaux construits par des sociétés HLM, des résidences construites par des promoteurs immobiliers sont  mis en location ou en vente.

Aujourd’hui, la ville dispose à la fois quartiers pavillonnaires mais aussi de quartiers résidentiels. Sur les grands axes, comme l’avenue Gabriel Péri et la route de Corbeil, les maisons individuels sont remplacées par des résidences de plusieurs logements avec des commerces au rez de chaussée.