Lorsque la ville de Sainte Geneviève des Bois était encore une commune rurale, les premières maisons qui s’y trouvaient, étaient en meulière. Avec  l’urbanisation de la ville à partir du XX siècle, les nouveaux habitants de la ville ont continué à construire des habitations dont la maçonnerie était constituée de pierres meulières avec des joints réalisées par rocaillage.

Pourquoi ce matériau pour la construction ?

Jusqu’à la moitié du XX siècle, une grande partie de la ville était couverte par la forêt de Séquigny. Les personnes qui souhaitaient construire leur maison pouvaient se procurer facilement ces pierres meulières. Le bois des trous, qu’on a dénommé  ainsi en raison de nombreuses excavations permettant l’extraction de la pierre meulière utilisée dans la construction, est une trace de cette pratique de l’époque.

Lorsqu’on se promène dans la ville, on peut admirer les quelques constructions en pierre meulière qui se singularisent par leur style architectural et leur ornementation.

Utilise-t-on encore aujourd’hui la pierre meulière pour les constructions?

La construction en pierre meulière se fait rare aujourd’hui, faute de carrières ouvertes.  La meulière ne provient  plus que de ruines. Cette pierre jugée quelconque autrefois est devenue précieuse pour notre habitat car c’est un matériau naturel qui accroît le pouvoir isolant thermique et phonique de l’ouvrage en plus de son charme architectural.